Objectifs

Le Projet national a pour objectif de permettre à nouveau le déploiement, à grande échelle, de la construction en terre crue. Ce développement passe aujourd'hui par la levée des multiples freins identifiés pour ce secteur, qu’ils soient culturels, socio-économiques, techniques, assurantiels ou réglementaires.

Sous l’impulsion du ministère en charge de l’environnement, les filières terre se sont regroupées pour rédiger des référentiels de mise en œuvre, les Guides de Bonnes Pratiques. Ces guides, publiés en 2019, facilitent l’assurabilité des constructions et servent de référence pour l’entretien du patrimoine et la formation des maîtres d’œuvre. Cependant, ils ne suffisent pas pour faire entrer la terre crue dans le catalogue des techniques courantes répondant aux contraintes réglementaires du secteur de la construction (environnementale et sismique en particulier) ni pour valider son usage dans certains types de bâtiments (ERP, promotion immobilière, bâtiments de plusieurs étages). Dans la continuité du travail initié, il est donc nécessaire de développer des outils de dimensionnement, de conception, de mise en œuvre et de formation à destination des bureaux d’études et des contrôleurs techniques, en lien étroit avec les assureurs. Les travaux du projet national pourront alimenter les guides de bonnes pratiques et, le cas échéant, les faire évoluer vers des documents validés par la Commission Prévention Produits de l’AQC.

Afin de répondre le plus largement possible aux besoins des entreprises, quelle que soit l’approche constructive utilisée (valorisation des terres excavées, de gisements spécifiques, transformation sur le site d’extraction ou sur chantier) et de s’adapter à la variabilité des terres, il est proposé d’adopter une démarche de validation performantielle des ouvrages, c'est à dire avec obligation de résultats et non de moyens. Cette démarche ne valide pas, a priori, un élément d’ouvrage en fonction du matériau employé, mais un élément d’ouvrage en fonction d’essais de chantier ou de laboratoire réalisés sur l’élément constructif fini et en fonction des contraintes réelles qui seront appliquées à l’élément d’ouvrage durant la vie du bâti. Cette démarche requiert le développement d’essais in situ ou de laboratoire ainsi que de lois de changement d’échelle permettant de définir la performance de l’ouvrage à partir des résultats d’essais. Pour répondre aux manques identifiés, le projet s’appuiera sur la capitalisation des données scientifiques déjà existantes ainsi que sur des recherches ciblées.